Deuxième journée de violence à Petit-Goâve

Published On January 25, 2017 | By Radio Priorite FM | Actualités

Mardi, pour la deuxième journée, des élèves du lycée Faustin Soulouque, rejoints par des lycéens des autres écoles de la ville de Petit-Goâve, ont pris la rue.

Comme lundi, ils ont demandé la reprise des cours, paralysés par une grève des enseignants depuis le début janvier qui réclament pour certains des arriérés de salaire et pour d’autres leur lettre de nomination … «Tant que les problèmes des enseignants du secondaire Pas résolu, aucune école de la ville ne pourra fonctionner “, ont déclaré les manifestants, ce qui a été le cas mardi lorsque les portes de presque toutes les écoles du Petit-Goâve (publiques et privées) sont restées fermées.

En outre, les étudiants du secondaire ont ajouté à leur réclamation la restauration de l’électricité, alors que la ville a été plongé dans l’obscurité pendant plus de 8 jours …

Vers 11 heures, la manifestation, jusque-là «relativement calme», a dégénéré sur la route nationale 2, non loin de la rue Desvignes, où des agents de l’Unité Départementale de Maintenance de l’Ordre (UDMO) ont ordonné aux élèves de se disperser, Lancer des grenades lacrymogènes. Les étudiants ont répondu en jetant des pierres à la police qui a tiré plusieurs coups de feu en l’air, semer la panique …

Par petit groupe isolé, les manifestants ont tenté en vain de bloquer la route nationale. Aucune blessure n’a été signalée.

Les fonctionnaires du ministère de l’éducation doivent prendre une décision rapide pour empêcher la situation explosive de s’aggraver avec des conséquences imprévisibles.

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*